Aller en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Leila Park - It's a very very Mad World.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leila Park
Admin de choc !

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 13/02/2012
Age : 27

Carte d'identité
Âge: 26 ans.
Dépendance: Frapper quelqu'un.
Relations:

MessageSujet: Leila Park - It's a very very Mad World.   Sam 18 Fév - 20:55


Leila Park




feat Yoon Eun Hye
© LYA



"Et alors il s’est passé quelques choses, je me suis laissé aller, dans un total oubli de moi même envahi par la nuit le silence et la plénitude. J’avais trouvé la liberté. Perdre tout espoir, c’était cela la liberté."

• Age : 26 ans.
• Date et lieu de naissance :29 mars, Paris.
• Surnoms : Lilou.
• Orientation Sexuelle : Hétéro.
• Statut : Divorcée.
• Profession : Rentière.
• Groupe : Neuropathe.
• Addiction : Frapper quelqu'un au moins une fois par jour.






© LYA


Caractère

"On est les enfants oubliés de l’histoire mes amis. On n’a pas de but ni de vraie place. On n’a pas de grande guerre, pas de grande dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression c’est nos vies."
Fight Club

Avant, Leila était une gamine des plus adorable. Une enfant douce avec un coeur en or. Avant, cela veut dire jusqu'à ses 16ans. Après, cela veut dire après l'incident. Son addiction l'a rongée, elle qui ne supportait pas les démonstrations de violence quelles qu'elles soient. Cela l'a rongée jusqu'à ce qu'elle tue quelqu'un, jusqu'à que l'ancienne Leila n'existe plus. Celle qui vous intéresse, je le sais, c'est l'actuelle Leila. C'est elle dont vous voulez connaître tous les sentiments les plus profonds, tous les moments de faiblesse et de folie. Malheureusement pour vous, il n'y a plus guère de sentiment à connaître. Aujourd'hui, Leila s'amuse de tout avec un cynisme débordant. Elle est seule contre tous et ses sarcasmes sont sa meilleure protection. C'est ainsi qu'elle voit le monde. Elle a quelques journées plus moroses où elle se laisse aller à ses humeurs mélancoliques. Vous ne pourrez dès lors rien tirer d'elle. Elle se contente de suivre sagement son père à ses réunions d'affaires. Et dès que sa phase de légère dépression passe, elle retourne à faire la fête tout en se moquant des autres.

Pour ce qui est de la vie de famille, elle n'a plus que son père qu'elle respecte comme il se doit. Elle n'a pas pour lui d'affection surabondante mais elle l'aime bien quand même. Après tout, il lui permet de vivre au jour le jour sans avoir à s'inquiéter des problèmes d'argent qui tracassent bien d'autres personnes. Son respect la pousse à accepter les demandes qu'il lui fait pour l'aider dans ses affaires. Enfin, son respect ainsi que le fait qu'elle se fiche complètement de ce qu'on peut faire de sa vie. Personne ne peut la brider alors s'ils veulent essayer, qu'ils fassent. Et s'ils essaient de se faire trop insistant, elle a déjà tuer un homme et pourrait recommencer au besoin. Parce que, soyons francs, cela lui fait un bien fou.

Non, Leila n'est pas folle. Pas plus que les autres neuropathes. Elle est juste désabusée. Elle sait que sa vie est foutue, elle sait qu'elle n'est plus ce qu'elle était, et elle sait qu'elle ne peut rien faire pour changer ça. Se foutre des autres est bien la seule chose qui lui reste et leurs utopies diverses lui semblent bien ridicules.. Entre la dépression et le cynisme sont coeur balance. Elle reste malgré tout une jeune fille sociable, digne de son rang et de sa famille. Ça au moins, ça ne changera pas.



© LYA


Description physique

"C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut."
Fight Club

Son père ne sera pas le seul à vous dire qu'elle est belle, mais à dire vrai, ce n'est pas tout à fait exact. Leila a un physique particulier mais qu'elle sait mettre en valeur à la perfection. Elle a un don quand il s'agit de se maquiller, ce qui doit sans doute lui venir de ses gènes asiatiques. Elle a également du génie quand il s'agit de se faire une garde robe. Un génie épaulé d'un porte-monnaie bien trop rempli et d'une patience sans limite. Elle aime se faire belle, elle sait que ça prend du temps, et elle est prête à y passer sa vie s'il le faut. A quoi bon, me direz-vous, se faire belle quand on sait que sa vie n'a plus grand intérêt? Et bien parce que cela rend son père encore plus fier d'elle, et que ce n'est jamais désagréable de se savoir désirer et de passer du bon temps avec quelques beaux jeunes hommes.

Mademoiselle Park est donc une jeune fille chic avec toute la garde-robe d'une demoiselle de bonne famille. Bien sur, elle a quelques tenues plus excentriques pour les occasions qui l'exigent. Mais quelle que soit l'occasion, elle attache rarement ses longs cheveux noirs. Parce que elle les préfère libres, aussi libres qu'elle est enfermée.

Leila est également une jeune fille assez musclée. Quand elle a su qu'elle finirait par taper sur des gens toute sa vie, elle a pris des cours pour s'améliorer au combat. S'il s'agit de déclencher des bagarres, autant les gagner. Et à la guerre comme à la guerre, elle revient parfois avec quelques bleus ou un cocard, mais ça passe vite, et elle sait dissimuler ça. Elle ne peut cacher les cicatrices légères sur ses poings qui lui restent de son unique moment de folie. Mais elle ne veut pas vraiment les cacher non plus, et de toute façon, elles ne sont pas horriblement visibles. De maigrichonne qu'elle était à ses 16ans, elle est devenue une jeune femme athlétique et plus qu'en forme. Que voulez-vous que je vous dise, elle a tout pour plaire!




Histoire



All around me are familiar faces, Worn out places, Worn out faces ; Bright and early for their daily races, Going nowhere, Going nowhere...

Monsieur Park était un homme d'affaire qui voyageait beaucoup avant les évènements qui ont radicalement changé sa vie. Madame Park était morte alors que sa fille fêtait ses 4ans. Autant dire que la gamine n'a jamais vraiment connue cette femme dont son père chante pourtant les louanges et vante la force de caractère inébranlable. Mais toute la force que caractère du monde ne peut pas grand chose contre le cancer. Le père de Leila a toujours été un homme bon. Si ses affaires étaient sa vie depuis la mort de sa femme, il n'abandonnait pas pour autant sa fille. Il voulait le meilleur pour elle. Elle grandit aussi dans un environnement parfait et avec tout l'amour nécessaire. Mais l'amour est-il suffisant pour pouvoir surpasser "ça".
L'incident les rapprocha surement. Leila se rendit compte que son père serait toujours là pour elle. Il ne la laissa jamais tomber, et il fut là quand elle n'avait plus rien d'autre.

~
Their tears are filling up their glasses, No expression, No expression ; Hide my head I want to drown my sorrow, No tomorrow, No tomorrow...

Au moment de l'incident, Leila avait 16ans, et un ami. Bien sûr, elle était sociable et en avait plus d'un dans l'absolu, mais un seul comptait vraiment à ses yeux. Un seul était là pour partager ses peines, ses secrets et ses rires. Jules était un garçon charmant, aussi calme et serein que l'était Leila. Mais son addiction, s'il avait du en avoir une, ne se révéla jamais. Leila ne l'en lui laissa pas le temps. Elle, peut-être était-elle précoce, sentit son addiction se manifester dès les premiers jours, en même temps que les adultes. Elle n'était pas la seule de son âge, mais la plupart attendraient 17 ou 18ans pour devenir addicts. Les autres n'étaient pas aussi tarés qu'elle. C'était du moins ainsi qu'elle percevait leurs petites addictions toutes plus ridicules les unes que les autres. Celle de son père ne changeait rien à son mode de vie. L'envie de faire quelques pompes, même si ce fut au départ difficile pour l'homme rondouillet qu'était monsieur Park, n'avait rien de comparable avec la soif de violence de sa fille.

Celle-ci, par nature douce et gentille, ne comprit pas au départ. Elle refusa de comprendre. Le pire de tout étant qu'elle devait frapper cette personne qu'elle aimait tant. Jules lui assura qu'il n'y avait aucun problème, qu'elle pouvait le frapper une fois par jour puisque de toute façon, elle ne pouvait pas se contrôler. Mais elle ne pouvait l'accepter. Elle décida, après quelques semaines où elle s'était laissée aller à son addiction avec remords, d'essayer de se contrôler. Les trois jours qui suivirent furent les plus horribles de sa vie.

~
And I find it kind of funny, I find it kind of sad ; The dreams in which I’m dying are the best I’ve ever had ; I find it hard to tell you, I find it hard to take ; When people run in circles, It’s a very very Mad World...

Elle délirait, la fièvre empirait, les nausées la renversaient, elle sentait qu'elle ne se contrôlait plus et sa vue se brouillait. De ce qui arriva après, elle ne se souvient pas. Elle se rappelle juste émerger d'une sorte de cauchemar. Un cauchemar où elle n'est plus maître d'elle, où son corps la brûle, où ses organes tentent de se frayer un chemin hors de son corps qui se décompose, s'auto-détruit. Elle se réveille au dessus d'un visage trop abîmé, un visage qu'elle reconnait même s'il est méconnaissable. Elle se réveille avec les mains rouges, où son sang se mêlent à celui de l'homme qui git devant elle. Elle a frapper à s'en abîmer les poings, jusqu'à tuer quelqu'un. Mais cela importe peu. La seule idée qui lui vient à l'esprit est qu'elle est libérée. Quand son père entre dans la chambre et la regarde avec horreur, c'est la seule chose qu'elle peut dire. "Papa, tu crois que c'est fini?"

Après avoir regardé sa fille d'un air désolé, monsieur Park la fait se lever, l'emmène à la salle de bain, lui nettoie et lui panse les mains. Il appelle une servante pour qu'elle lave la chemise de nuit maculée de sang et qu'elle fasse prendre un bain à la jeune fille. Il a des choses à faire, il doit appeler Valentin Guizot, un petit con mais un avocat efficace. Quel qu'argent qu'il faille y mettre, il ne laissera pas sa fille dans le pétrin.

Sa fille a conscience de l'horreur, mais c'est comme si cette conscience était en arrière plan, étouffée par un brouillard. Elle navigue dans le brouillard jusqu'à la fin du procès. Qu'elle gagne grâce à quelques mensonges. Puis le brouillard se dissipe. Ses gènes se rappellent à son bon souvenir. Et non, il n'y a pas de moyen d'y échapper. Tuer le sujet de l'addiction n'était d'aucune utilité. Maintenant, elle est seule avec son père et doit juste frapper quelqu'un, n'importe qui.

~
Children waiting for the day they feel good, Happy birthday, Happy birthday ; Made to feel the way that every child should, Sit and listen, Sit and listen...


Les regrets sont là, mais c'est comme si un mur s'était dressée en elle. Toute son amertume semble bloquée derrière un énorme rideau, et devant, il y a sa pulsion et une voix qui lui dit d'avancer. Il y a aussi son père qui souhaite juste la voir se sortir de là. Il l'emmène partout avec elle. Elle est sa muse, sa force de vente. La jolie demoiselle sourit aux collaborateurs, aide son père comme elle peut, se plie en quatre pour lui. A cet instant, ils sont seuls ensemble. Il n'y a plus qu'eux au monde. Il a été là pour elle et elle se rattache à lui comme elle peut. Elle regarde les autres qui semblent croire que tout va s'arranger, et alors que sa gorge se serre, elle ne peut qu'afficher un sourire moqueur.

Quand elle se marie avec un collaborateur à 22 ans, elle ne se sent nullement forcée. Elle accepte car rien ne lui fait plus plaisir que de satisfaire ce père qui l'a tant aidée. Le problème est sûrement qu'en souhaitant satisfaire son père, elle n'a cependant pas pensé à satisfaire son mari. Mais un mariage raté, ce n'est pas si grave que ça. Est-ce le fait que, alors qu'elle décidait de reprendre sa vie en main, elle s'est trop laissée aller à boire et coucher avec le premier venu? Ou bien est-ce juste qu'elle n'était pas une femme assez présente? Ses devoirs conjugaux, elle les remplissait, mais refuser de prendre le nom de son mari et vider sa carte bleu pour des fringues de tous genres et de l'alcool à flot étaient sûrement des erreurs de débutante. Cependant, une chose est sûre. Elle ne changera jamais de nom, quel que soit le mari que son père lui trouve. De nouveau "libre" à 23 ans, si l'on peut considérer qu'elle ait été bridée à un moment, elle a décidé d'être une Park à tout jamais, de faire honneur à son nom. Elle apprend de son père les ficelles du métier, au cas où il n'y aurait pas d'homme assez bien pour elle et pour la fortune familiale.

~
Went to school and I was very nervous, No one knew me, No one knew me ; Hello teacher tell me what’s my lesson, Look right through me, Look right through me...

Aujourd'hui, Leila ressemble à une petite femme d'affaire même si elle ne s'occupe de rien. Elle profite de la fortune qu'amasse son père. Être isolé n'empêche pas de profiter de l'argent de l'extérieur. Elle se fait belle pour plaire à tous. Elle profite des soirées assez huppées mais également de celles qui le sont un peu moins, organisées dans le coeur des bas-fonds. Quand son père n'est pas là pour être fier d'elle, elle se laisse aller. Elle boit, et se bat, et elle couche avec qui elle peut. Elle s'en fiche. La vie dans le dôme est tellement pourrie, qu'elle profite de tout ce qu'elle peut.

Depuis qu'elle a compris que son addiction était inévitable, elle s'est mise à faire divers sport de combat. Elle n'aime pas se sentir faible. Et si son caractère de guerrière est souvent mis en avant dans quoi qu'elle fasse, elle passe parfois dans de légères phases de dépression. Le rideau voilant ses remords et son amertume se soulève à peine, juste assez pour qu'elle se sente submergée. Elle reste alors enfermée chez elle à hurler sur les serviteurs divers et variés qui se prennent quelques coups sans se rebeller. C'est décidément plus facile d'être névrosé quand on a les moyens.

And I find it kind of funny,
I find it kind of sad
The dreams in which I’m dying
are the best I’ve ever had
I find it hard to tell you,
I find it hard to take
When people run in circles
it's a very very
Mad World...



Un peu de vous...


• Prénom/pseudo : kyute
• Age : 21ans.
• que pensez vous de votre niveau rp ? le meilleur! (joke u_u)
• Votre fréquence de connexion à peu près : 2/7 minimum.
• Comment avez-vous eu connaissance de ce forum ? Bah parce que j'ai des relations =D
• Qu'est-ce que vous appréciez le plus ? La nana de la ban qu'est trop canon x_x
• Le moins ? La bouteille de la ban qui fait grosse ._.
• Un commentaire ? Meow~ =3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola Dermekis
Admin de choc !

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 12/02/2012

Carte d'identité
Âge: 22 ans
Dépendance: écouter la chason des bisounours
Relations:

MessageSujet: Re: Leila Park - It's a very very Mad World.   Sam 18 Fév - 21:06

26 ans, divorcée, toi t'envoies du rêve \o/
J'ai hâte de lire ce que tu nous prépare ma belle ^^

- - - - - - - - - - - - - - - -

Remember how we used to party up all night
Sneaking out and looking for a taste of real life
Drinking in the small town firelight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leila Park
Admin de choc !

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 13/02/2012
Age : 27

Carte d'identité
Âge: 26 ans.
Dépendance: Frapper quelqu'un.
Relations:

MessageSujet: Re: Leila Park - It's a very very Mad World.   Dim 19 Fév - 11:51

Voilà, tu peux lire =D
Bon, j'me suis un peu craquée sur l'histoire, je sais pas si elle est compréhensible u_u
Mais comme j'avais un truc super-précis dans la tête bah... voilà quoi!

Qui doit me valider? =D

- - - - - - - - - - - - - - - -
Boy I think about it every night and day
I'm addicted wanna jump inside your love
I wouldn't wanna have it any other way
I'm addicted and I just can't get enough
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lola Dermekis
Admin de choc !

avatar


Messages : 115
Date d'inscription : 12/02/2012

Carte d'identité
Âge: 22 ans
Dépendance: écouter la chason des bisounours
Relations:

MessageSujet: Re: Leila Park - It's a very very Mad World.   Dim 19 Fév - 13:40

Moi je trouve ça parfait ma belle, et tout à fait compréhensible.
Juste un truc c'est qu'en général les addictions apparaissent vers 15 ans donc même si pour certain ça peut arriver plus tard, ça sera pas la majorité ^^
Et puis t'as mis des citations de fight club et de la chanson de Donnie Darko qu'est ce que tu veux que je trouve à redire après ça =p

Du coup je te valide !! (t'es la première validé, si c'est pas la classe ça \o/)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Calderone
Admin de choc !

avatar


Messages : 130
Date d'inscription : 11/02/2012
Age : 26

Carte d'identité
Âge: 25 ans
Dépendance: Se faire toucher les cheveux + dormir
Relations:

MessageSujet: Re: Leila Park - It's a very very Mad World.   Dim 19 Fév - 13:45

Yop yop ! J'ai bien aimé l'histoire moi ! ^^
Bienvenue :p mouahaha !

Ah faut juste qu'on signe notre règlement x)

- - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://district12.bb-fr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leila Park - It's a very very Mad World.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leila Park - It's a very very Mad World.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
12eme District :: Gestion des personnages :: Base de données :: Dossiers classés :: Neuropathes-