Aller en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Histoire - La phobie furieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Calderone
Admin de choc !

avatar


Messages : 130
Date d'inscription : 11/02/2012
Age : 26

Carte d'identité
Âge: 25 ans
Dépendance: Se faire toucher les cheveux + dormir
Relations:

MessageSujet: Histoire - La phobie furieuse   Sam 11 Fév - 19:13

Projet DX2012
5 septembre 2066 :

Les livres d'histoire me manquent. J'y ai lu qu'existait autrefois un pays, il s'appelait la France. Je me demande ce que ça fait d'y vivre. Y était-on plus heureux? J'en doute. Pourtant, je ressens cette nostalgie qui me prend chaque fois que je retrace l'histoire d'un empire qui s'effondre. Les gouvernements mutent, évoluent, en mieux? En pire? Je ne crois pas qu'on peut faire de jugement de valeur. Mais seul dans mon laboratoire, asservi par un état qui va me dessécher jusqu'à la moelle, j'ai envie de rêver. Qu'aurais-je vécu 60 ans plus tôt?

J'aurais pu rentrer chez moi, auprès des miens, comme tous mes collègues l'ont fait, mais je suis trop obsédé par l'avancement du projet. Il arrive presque à terme, cela me paraît si peu croyable, je nage dans l'euphorie depuis quelques semaines, et je crains souvent que tout ne s'effondre.
Depuis le passage de Kroel au pouvoir, les centres de recherches ont fleuri dans les quatre coins de la Nation, des centrales se construisent, l'avancée technologique est pleinement soutenue par les caisses de l'Etat. Sans cela, jamais notre petite équipe n'aurait vu le jour. Les gens sont bien plus préoccupés par les énergies renouvelables et les moteurs auto-suffisants, que par le combat contre la dépendance. Mais, bien que je sois trop impliqué pour être partial, je considère que c'est la meilleure initiative qu'a prit Kroel en 4 ans. Après la Grande Dépression de 34 et les krachs boursiers à répétition, la société a doucement basculé dans l'hystérie collective, et se bourrer des médocs de toutes les couleurs a été la seule solution proposée par nos élites diplômées des grandes écoles. Avec une classe dirigeante pareille, je me demande certains jours comment la Terre tourne-t-elle toujours sur son axe. Fatigué de voir les gens confondre la farine et la cock, le Gouverneur a décidé de prendre les choses en main et a créé notre département de recherche. Il nous a versé des subventions régulières, et s'est assuré de la pérennité de notre programme, même une fois destitué de ses titres. Cela fait maintenant 11 ans que nous travaillons à temps plein sur les nano-particules de notre gaz miracle, et les résultats se montrent de plus en plus convaincants. Si je devais décrire la jouissance que cela me procure... je manquerais de mots.

J'entends le doux ronronnements des machines, et je soupire de plaisir. Ma main gratte le papier avec frénésie, je sens le besoin de marquer ce à quoi je pense, de signer de ma plume ce tournant de l'histoire. Qui sait, cette annale sera peut-être un jour dans les manuels scolaires? On y commentera que notre inhalateur a révolutionné la science, que l'ère de la dépendance a prit fin à tout jamais, et que le cerveau humain n'a plus jamais eu de secret. Je sais, je rêve un peu, mais c'est si bon.

Frédérick Hatrof


«FUITE DE GAZ AU LABORATOIRE DE GAP»

Vers 2h du matin, dans la nuit du mardi au mercredi, un accident s'est produit au laboratoire de recherche situé au périphérie du 11ème district, dans la commune de Gap. Établissement fondé par Kroel pour venir à bout de la terrible endémie qui nous ronge, il y concentre de célèbres neuro-scientifiques et une technologie de pointe. Mais cela n'a pas suffit à prévenir la catastrophe. Une colonne de fumée est nettement visible depuis les barrières de sécurités installées autours de la zone, et les gaz qui s'échappent sont potentiellement dangereux. Aucun personnel du laboratoire ne s'est exprimé, le gouvernement est muet, nous sommes maintenus à l'écart. Certains habitants du voisinage expriment leur crainte, mais personne n'est capable de nous dire quels sont les enjeux réels, le mystère est total. Chercherait-on à nous cacher l'extrême gravité de la situation?
Alexandra Valence
Le Vox Populi, Faits Divers, édition du 6 septembre 2066

Annonce officielle du 7 septembre 2066

La région sud du 11ème district a été fermée par un périmètre de sécurité et ses frontières ne sont en aucun cas franchissables. Ceux qui se trouvent dans cette zone ne sont pas autorisés à quitter leur foyer. Les mutins qui tenteraient de violer cette règle seront fusillés sans sommation. Le reste du district est évacué d'urgence. Vous pouvez rejoindre les plateformes à héliport et quitter au plus vite le territoire. Vous avez 48h pour évacuer.

Projet DX2012
9 septembre 2066 :

Comme tous les autres, je suis confiné. On est des centaines de milliers à être pris au piège comme des rats, et à qui la faute? La mienne... Mon dieu que s'est-il passé? Tout est allé si vite. En refermant mon journal de bord, l'autre soir, j'ai vu une sauterelle. J'ai une phobie immense de ces bestioles-là, et la surprise d'en voir une dans un laboratoire aussi aseptisé que le nôtre m'a prit au dépourvu. J'ai réagit violemment, je le sais, c'était irrationnel. Et j'ai commis l'irréparable. J'ose à peine l'écrire, j'ose à peine le lire. Mais je dois le faire, déjà mes souvenirs s'effacent, se cachent. Armé d'un extincteur, j'ai balancé de grands coups dans tous les sens... et j'ai touché une valve. J'ai hurlé, j'ai tenté de boucher la fuite, mais les compteurs se sont mis à trembler et j'ai senti l'explosion toute proche. J'ai traversé les sas, couru aussi vite que j'ai pu, et me suis réfugié à temps. Les systèmes de sécurité n'ont pas résisté, et le gaz s'est échappé. La pression était trop forte dans les conduits, et la fragilité du fluide l'a rendu combustible. Bon sang, le gaz n'était pas fini, il n'était pas prêt. Les particules les plus subtiles n'ont pas été travaillées et je suis incapable de savoir quels effets cela aura. Mais il y en aura, ça c'est sûr. On était suffisamment proches de la réussite pour savoir que ce putain de gaz miracle atteindra nos cerveaux. Je suis dans un lit d'hôpital, la peau un peu brûlée, j'ai envie de rire, j'ai envie de pleurer, j'ai envie de toute détruire, j'ai envie d'en finir. On est des centaines de milliers à être pris au piège comme des rats, et à qui la faute?

Frédérick Hatrof

« Clarence pour vous servir, chers internautes. Sur le net, on raconte que notre réseau sera bientôt coupé, mais c'est pas possible, on fera une révolution à ces enfoirés s'ils veulent nous enfermer. Vous qui êtes loin, en sécurité, sans avoir la moindre idée de ce qu'il se passe ici, je suis là pour vous montrer. Les médias sont des chiens en laisse, je parie qu'ils essayent de vous parler de la météo, et de vous encourager à bouffer des médocs. Oh allez, soyons gentil, ils ont apparemment essayé de nous sortir de cette merde, mais pour changer, ils se sont plantés. Ils voulaient nous créer un super gaz anti-dépendance, à ce qu'on raconte, mais leur idée de génie nous a sauté à la gueule. Si ce gaz était si bien, pourquoi on serait enfermés comme des chiens? Ce que vous voyez en face, c'est la frontière Ouest. Les premières heures, des gens ont essayé de sortir, ils étaient pas cons les mecs, ils savaient qu'ils ne pourraient probablement plus sortir. Mais comme prévu, ils se sont fait mitrailler. Les nouvelles armes gouvernementales font de la purée. Maintenant, plus besoin de nous tirer dessus, ça y est, on est bloqués. Vous savez les super parois ultra fines mais ultra résistantes qui permettent de respirer dans n'importe quel milieu? Ca faisait bien joli dans les documentaires scientifiques, mais les militaires ont toujours le chic pour vous cacher leur véritable utilisation jusqu'au dernier moment.
Ils ont installé ça tout autour, elles font au moins deux mètres de haut.... oh putain les enfoirés ! PUTAIN !
[...]
- Laissez-nous sortir !
- Vite, il va être trop tard ! Prenez tout ce que vous pouvez, on va grimper !!
[...]
Désolé les gars, j'vous ai un peu lâché, mais là, ils ont boosté leur générateur, et la configuration de la barrière a été réactivée, bref, ils agrandissent les parois du mur, de la bulle, elle va nous entourer, on sera comme dans un putain d'aquarium ! Faut que je les aide à monter, je coupe. »

Clarence Treil, 14 septembre,
vidéo vue 1 million de fois avant d'être censurée.

Projet DX2012

20 décembre 2066 :

Ces dernières semaines ont été éprouvantes. Depuis ma sortie de l'hôpital, je m'occupe à nouveau de mes recherches, j'ai analysé le gaz, et j'ai collaboré avec le personnel de l'hôpital pour faire passer une batterie de tests à l'ensemble de la population. Le voile de mystère qui plane au dessus de l'affaire m'a permit de rester en vie. Je n'imagine même pas ce qu'on m'aurait fait si on avait su. Et j'espère chaque jour que l'on ne découvre pas mon secret. Ma femme me manque, mes fils me manquent. Mais je suis soulagé à l'idée qu'ils soient sains et saufs. J'ai une tâche si lourde à accomplir que les jours me sont parfois pénibles, et semblent durer une éternité. Mais ma conscience me pousse à me tuer à la tâche, car je n'ai pas encore perdu espoir. Avec tous les collègues qui me restent, on lit les dossiers médicaux qui nous arrivent par centaines, et on fait le point. Voici ce qu'on a remarqué :
Les premiers symptômes sont apparus au bout d'une semaine environ, et ont empirés jusqu'à atteindre un seuil de « stabilité ».
Les enfants de moins de 15 ans n'ont aucun trouble.
Les gens souffrent de manque. Ni les méthamphétamines, ni aucune autre substance addictive ne peut les soulager. Il s'agit pourtant clairement des symptômes caractéristiques.
Certains se sont mis à avoir des comportements compulsifs, souvent irrationnels, les poussant parfois à la folie.

Puis, certains patients ont eu un suivit prolongé, et on a remarqué une certaine cohérence dans leur comportement perturbé : ils prennent progressivement conscience qu'ils sont dépendant vis-à-vis d'une substance (normalement non addictive), ou d'une action compulsive. Certaines « dépendances » ne peuvent simplement pas être catégorisées. Un homme de 38 ans a réalisé ressentir un manque lorsqu'il n'a pas la sensation de la soie contre sa peau. Si on l'éloigne du tissu plus d'une journée, il commence à avoir des spasmes et à halluciner. Une femme de 57 ans déclare ressentir un terrible plaisir à regarder des souris manger des graines. Un adolescent doit se couper les cheveux environ 2 fois par mois. Lorsqu'il a eu 15 ans, il a commencé par se les arracher tous les jours avant que sa dépendance ne s'assouplisse. Pour certains, le seuil de stabilité de leur dépendance a donc décru plutôt qu'accru. D'une manière générale, ceux qui acceptent leur dépendance apprennent à la maîtriser et peuvent la limiter, mais de manière très relative.

Cela m'a tout l'air d'une bien mauvaise blague. On luttait pour la liberté, on a foncé dans une cage mille fois plus petite. Les dépendances traditionnelles me semblent bien ridicule en comparaison, d'ailleurs les habitants qui étaient autrefois drogués n'ont généralement plus besoin de ces poisons. Ils s'en sont trouvé d'autres. Dans mon cas, j'ai découvert que mon nouveau repas préféré se composait de sauterelles. Un jour sans elles et je souffre. Je crois que l'ironie du sort va me tuer. Mais non, avant de me donner la mort, je dois encore essayer d'arranger la situation...

Projet DX2012
20 mai 2067 :

J'écris une dernière fois. Une dernière... car tout est finit. L'espoir se meurt. La folie est partout, et moi le sauveur, j'ai plongé des êtres dans une détresse plus terrible encore. On a travaillé, lutté, de notre sueur, de notre sang, on a créé un sérum. Le gaz qui s'est propagé dans le cerveau des habitants du district 12 – un nouveau district rien que pour nous, rendez-vous compte – a atteint le génome et définitivement muté leur code génétique, jusqu'à atteindre leurs gonades. Non seulement la dépendance touchent des centaines de milliers de gens, mais elle touchera leur descendance. J'espère désormais qu'ils renonceront à faire des enfants. Mais lorsqu'on a découvert ce fait, on n'a pas abandonné et continué les recherches. On a créé un virus capable de modifier l'ARNmessager des cellules, et à long terme, de recoder entièrement les gènes pour remettre les choses dans l'ordre. On a eu le droit à l'aide et aux subventions de la Nation, qui malgré notre confinement, ne nous a pas totalement délaissé... jusqu'ici. Quand ils sauront que le sérum, prodigué aux plus riches et puissants habitants qui ont grillé le droit de passage, a empiré leur état, l'Etat va nous laisser à notre sort. Le district 12 sera condamné, isolé, jusqu'à ce qu'on finisse par oublier qu'il existe.

Mes collègues me disent que l'hystérie est passée, que la société se reconstruit sur de nouveaux codes, qu'un monde est possible sous la bulle... Moi je n'y crois pas. J'abandonne. J'ai lutté, et j'ai merdé. Merdé, et remerdé. Les « élites » de la région, oh grands puissants, se retrouvent prisonniers de dépendances plus grandes encore. Aujourd'hui, le pouvoir est entre les mains des plus détraqués. Quelques gens ont paru immunisés contre la mutation, mais ils ne sont qu'une faible minorité. Leur corps est si fort, mais ils se feront écraser comme des mouches par les jaloux. On parle de les tatouer, ça va mal finir, ça.
Et putain, j'en peux plus de bouffer des sauterelles...

Adieu.
Frédéric Hatrof


Voici les quelques bribes d'informations que nous avons réussi à conserver. C'est très peu, si peu, mais qui mieux que vous pouvez faire vivre la réalité du District? Nous sommes en 2076 et survivez à vos dépendances, si vous le pouvez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://district12.bb-fr.com
 

Histoire - La phobie furieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
12eme District :: Plongeons dans un autre monde :: Les clés du savoir :: Contexte-